Dans le domaine du transport aérien civil, environ 1200 rencontres d’animaux sont enregistrées chaque année en France. 700 d’entre elles se produisent dans le volume des aérodromes et concernent principalement des oiseaux. 9% des collisions sont jugées sérieuses pour la sécurité aérienne et  ont occasionné des dommages structurels et/ou des retards d’exploitation.

Depuis 1989, la France s’est dotée d’un cadre réglementaire dans le domaine de la prévention du risque animalier afin de permettre la mise en œuvre de mesures performantes de prévention et de lutte contre les collisions sur les aérodromes. En 2014, l’Europe, à travers le règlement (UE) n°139/2014, a  publié de nouvelles règles dans ce domaine en introduisant notamment des exigences en matière de surveillance des abords des aérodromes et de gestion du risque animalier.

Retrouvez l'ensemble du référentiel réglementaire du risque animalier sur le site : Libelaero.fr

Ce dispositif réglementaire, conjugué aux nombreuses recommandations nationales et internationales, ont permis notamment de définir les principales exigences de gestion du risque animalier telles que nous les connaissons aujourd’hui en France.

Le STAC réalise les activités suivantes :

  • développement de moyens de prévention et de lutte
  • expérimentation de matériels
  • élaboration de guides techniques et de méthodes
  • production d'expertises, d'études, d'avis et de conseils
  • conception et réalisation de formations
  • veille scientifique et technique
  • gestion du Programme d'Information sur les Collisions Animalières (PICA)

 

 

Mise à jour le 2 février 2018