Le péril animalier en France


21 janvier 2016

Plusieurs centraines de rencontres d’animaux sont enregistrées en France chaque année dans l’aviation civile.

À peu près 8 % d’entre elles sont classées « sérieuses ». C’est-à-dire qu’elles donnent lieu à des retards de trafic, à des dommages plus ou moins importants concernant la cellule et les réacteurs.

Cependant, des mesures de prévention et de lutte contre le risque aviaire ont démontré leur efficacité.

Par exemple, pour la compagnie Air France, en 10 ans, le nombre d’incidents sérieux a été divisé par 3 et le nombre de réacteurs endommagés, malgré leur grande taille, a diminué de moitié.