Sarcelle d'hiver

Description

La Sarcelle présente un dimorphisme sexuel marqué entre septembre et juin de l'année suivante. Beaucoup plus petite que le canard col vert, la Sarcelle mâle présente une raie blanche sur le flanc, une tache jaune sous la queue et un miroir vert. De près, on peut distinguer la tête rousse marquée d'une tache verte à l'œil. Son vol est très rapide et compact comme celui des limicoles. En juillet-août, les mâles en éclipse et les jeunes ressemblent aux femelles brunes.

Migration

Plus migratrice que le canard col vert, la Sarcelle hiverne jusqu'en Afrique centrale. Ces espèces voyagent de jour comme de nuit.

Comportement sur les aérodromes

Elles viennent, surtout de nuit, se nourrir de graines, de vers et de larves dans les fossés de drainage, les mares temporaires et les bassins de rétention (automne-hiver). Les déplacements des populations locales se font à faible hauteur entre les remises diurnes (étangs...) et les lieux de nourrissage (marais, prairies humides, aérodromes...).

Moyens de lutte

Très farouches, elles peuvent être éloignées au moyen de la pyrotechnie. Leur destruction n'est pas autorisée. L'élimination des points d'eau ou leur couverture (filets...) permet de limiter la présence de ces oiseaux.

Effarouchement

Sarcelle d'hiver
Anas crecca

P : 320 g (160-500)
E : 55 cm

    L'espèce n'existe pas
   Aire de nidification (printemps/été)
    Visible toute l'année et niche
    Visible en période de migration
    Aire d'hivernage
    Nidification + erratisme
    Sédentaire
    Migration
    Hivernage

Page modifiée le 19/2/2010




Voir la planche détaillée