Les rapaces, premiers en cause

Les statistiques établies en France au cours des deux dernières années portant sur environ 1000 rencontres d'oiseaux montrent que les Rapaces Diurnes sont à l'origine du plus grand nombre de collisions avec les avions (33% des cas).

Le Faucon Crécerelle, la Buse variable et le Milan noir sont impliqués dans 300 incidents durant cette période. Le taux de collisions avec ces oiseaux pour 10 000 mouvements d'avions, a doublé au cours des dix dernières années.

Les Mouettes et Goélands viennent en deuxième position avec 19% des cas.

Cette diminution par rapport aux années antérieures est liée aux actions d'effarouchement bien adaptées aux laridés sur les aérodromes par les équipes chargées de la lutte aviaire.

La proportion d'incidents avec les Vanneaux dépend de la rigueur de l'hiver : elle fluctue entre 9 er 12% des cas selon les années.

Même si la proportion de rencontres avec les Hirondelles et les Martinets reste élevée (13% des cas), ces incidents n'entraînent le plus souvent aucun dommage significatif sur les avions compte tenu de la faible masse des oiseaux.

Par contre, les collisions avec les Pigeon, les Perdrix, et les Faisans occasionnent une fois sur trois des domages sérieux sur les appareils (ces oiseaux "denses" sont dangereux).

Les corvidés, "oiseaux intelligents", ne représentent que 3% des impacts, qui ont lieu surtout en juillet-août, au moment de l'envol des jeunes et par temps de brouillard.

Les autres espèces rencontrées sont très variées : les plus classiques sont celles représentées dans ce site, mais on en trouve également des raretés comme les Aigles de Bonelli et Royaux.

L'Engoulevent d'Europe, le Balbuzard pêcheur, la Bondrée apivore, le Coucou Geai, la Glaréole à collier, la Mouette tridactyle, le Percnoptère, le Râle d'eau, etc. Au total, 90 espèces d'oiseaux sur les 350 espèces visibles en France, ont été touchées depuis une dizaine d'années.


Page créée en 2003, mise à jour le 27/1/2010