4 - Espèces d'oiseaux rencontrées

Le nombre de collisions où l’espèce n’est pas identifiée reste relativement élevé. Ainsi, entre 2001 et 2002, il s’élève à 295, soit 22  % du nombre total  de rencontres. De même entre 2003 et 2004 il est de 367, soit 24 % du nombre total de rencontres.

Ceci démontre la nécessité d’améliorer encore la qualité de l’information, notamment au  niveau de la collecte des indices (plumes et maintenant photos numériques des restes) et de son acheminement jusqu’au STAC à Toulouse.

Entre 2001 et 2005, les espèces d’oiseaux concernées ont été identifiées dans 78 % des cas, surtout à partir des restes récupérés sur les pistes par les agents chargés de la lutte aviaire ou les agents des bureaux de piste. En 2005 ce nombre d’espèces non identifiées n’a pas diminué du fait de la grippe aviaire ayant conduit la DGAC à interdire l’envoie des restes d’oiseaux par mesure de précaution. La photo numérique de ces restes devrait pallier cette interdiction.

Les tableaux publiés en annexe 5 montrent aussi une augmentation par rapport aux années antérieures du nombre d’espèces rencontrées, notamment les grosses espèces comme le Cygne tuberculé (10 kg), le Flamant rose (3 kg) ou le Grand Cormoran (2,4 kg) rarement touchées par le passé, ainsi que les mammifères en 2004 et 2005. (photos page 13)

On notera sur les graphes E une fluctuation des collisions avec les rapaces entre 30 et 40%, alors que les petites espèces (Passereaux, Hirondelles ou Martinets) difficiles à effaroucher sont toutes en augmentation, avec un pic notable entre 2003 et 2004. Les oiseaux faciles à effaroucher comme les Laridés (Mouettes et Goélands) sont en diminution régulière ces 5 dernières années à l’inverse des Limicoles (Vanneaux huppés) en légère augmentation en 2005. (Photos page 12)

Graphe E

Graphe E1

Graphe E2

Graphe F

Ce graphe montre bien la différence de résultats obtenus au fil des années sur des espèces difficiles à éloigner comme les Rapaces (pas de cris de détresse connu et protégés), par rapport aux Laridés (Mouettes et Goélands) ou aux Limicoles (Vanneaux huppés) plus réactogènes aux moyens de lutte aviaire.


Page mise à jour le 31/3/2010

Oiseaux rencontrés sur les aérodromes

Rapaces : buses variable

Hirondelles rustique

Martinet noir

Mouettes rieuses (Laridés)

Pigeon domestique

Vanneau huppé (Limicoles)

Corbeau freux (Corvidés)

Étourneau sansonnet (Passereaux)

Héron cendré

Hérons garde-bœuf

Quelques oiseaux lourds

Cygne tuberculé

Flamants roses

Grand cormoran

Vautour fauve