La division Aménagement et Sécurité Aéroportuaires du STAC assure la conduite d’études relatives aux infrastructures et à l’exploitation sur le plan de la sécurité. Ces études servent essentiellement à fonder les exigences de sécurité des normes techniques nationales et internationales et à en proposer des évolutions. Le cas échéant, elles permettent la recherche de solutions alternatives si les normes ne pourraient être respectées ou conduisent à la production de guides à l’attention des acteurs aéroportuaires.

 

Voici quelques exemples d’études portant sur la sécurité et l’aménagement aéroportuaires réalisées au STAC :

Suite à une précédente étude du STAC, une note d’information technique (NIT) encadrant les avis sur projets d'installations photovoltaïques à proximité d'aérodromes a été publiée par la DGAC. Pour alimenter la démonstration de conformité des projets aux exigences techniques de cette note, le STAC a développé un protocole d'évaluation de la luminance réfléchie par les panneaux photovoltaïques. Ce protocole permet d’évaluer, pour toutes positions du soleil, du panneau et d'un observateur, une valeur approchée de la luminance réfléchie à confronter aux seuils définis par la NIT. Sur la base de ce protocole, le STAC a ensuite développé une méthode générale de démonstration de conformité aux exigences de la NIT à destination des porteurs de projet. Le protocole et la méthode sont à disposition de la Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile (DSAC). Enfin, le STAC travaille au développement d’un outil simple permettant de visualiser graphiquement la réflexion du soleil sur une installation photovoltaïque afin d’assister la DGAC dans l’évaluation de l’impact des projets photovoltaïques sur la sécurité des opérations aéronautiques.

Dans le cadre du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique, le STAC a été chargé d’étudier la vulnérabilité des aérodromes au changement climatique. Une étude, menée en trois temps, a déjà permis d’étudier les impacts potentiels du changement climatique sur les infrastructures aéroportuaires, puis de proposer une méthodologie permettant d’évaluer la vulnérabilité des aéroports français aux effets du changement climatique. La dernière phase de l’étude a consisté en la construction d’un outil d’évaluation du risque permettant aux exploitants d’aérodromes de cartographier la vulnérabilité de leurs plateformes aux aléas climatiques attendus. L’accès à cet outil peut être sollicité auprès du STAC. Parallèlement, le STAC est actif au niveau européen et participe à un groupe de travail sur l’adaptation des aéroports au changement climatique aux côtés d’autres organisations ; cette activité permet au STAC de communiquer, de valoriser son travail et de faire profiter d’autres organisations du travail qu'il a déjà réalisé.

Dans le cadre des travaux de révision des distances de séparation des voies de circulation menés par le panel aérodrome, le STAC a réalisé une étude statistique des déviations latérales d’aéronefs de code C, appliquant la méthode des valeurs extrêmes pour évaluer la probabilité d’excursion et de collision avec un obstacle et qualifier le niveau de sécurité associé aux séparations.

Pour répondre au besoin de la DSAC d’évaluer le risque que des obstacles situés aux alentours de la piste représentent pour les opérations d’aéronefs, le STAC a produit une étude sur l’évaluation du risque de collision entre les aéronefs et les obstacles en question.
Cette étude s’appuie sur des modèles développés aux niveaux européen et international et propose deux méthodes permettant respectivement d’évaluer :

  • le risque de collision entre un aéronef sortant de piste à l’atterrissage ou au décollage et l’obstacle ;
  • le risque de collision entre un aéronef en vol et l’obstacle.

 

Updated on May 6 2020